Pourquoi l’entretien entre le président Ali Bongo Ondimba et le nouvel ambassadeur d’Israël au Gabon était (si) important

Le président Ali Bongo Ondimba s’entretenant avec le nouvel ambassadeur d’Israël au Gabon, Isi Yanouka, mardi 2 mars 2021 à Libreville © DR


Hier, mardi 2 avril, le chef de l’Etat gabonais, très actif sur le plan diplomatique, a reçu les lettres de créance de trois nouveaux ambassadeurs. Parmi, le représentant de l’Etat d’Israël, Isi Yanouka, avec lequel il s’est longuement entretenu. 

Le numéro un gabonais s’est vu remettre hier les lettres de créance de l’ambassadeur canadien, sénégalais et israélien (lire notre article).

Ali Bongo Ondimba en a profité pour s’entretenir avec chacun d’entre eux.

Mais de toutes, c’est sans doute la conversation avec l’ambassadeur israélien qui a été la plus scrutée et commentée.

Israël, qui est à l’offensive en Afrique sur le plan diplomatique, vient d’enregistrer une série de succès. Plusieurs pays africains ont, ces derniers mois, normalisé leurs relations avec l’Etat hébreux. C’est notamment le cas du Maroc, le Soudan ou encore de la RDC.

Selon certaines spéculations, le Gabon, pays où la liberté religieuse et la tolérance sont les mieux garanties en Afrique, pourrait leur emboîter le pas. D’autant que celui-ci est très proche du Maroc et de l’Arabie saoudite, deux pays dont Israël s’est fortement rapproché ces dernières années.

Champion mondial de la vaccination contre le Covid-19

Surtout, le pays est considéré le champion mondial de la vaccination contre le Covid-19. A la date du 17 février dernier, quatre millions d’Israéliens avaient déjà été vaccinés, soit 45 % de la population, dont 2,6 millions de personnes ont reçu la seconde injection, selon les dernières données du ministère de la Santé. Il s’agit tout simplement du plus fort taux de vaccination au monde. Un succès dont les raisons sont particulièrement scrutés à Libreville.

Source

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles apparentés