Gabon:Les yeux doux des chômeurs à Noureddin Bongo Valentin

Libreville, Lundi 19 Octobre 2020 (Infos Gabon)-Le Mouvement national des chômeurs gabonais vient de lancer un plaidoyer en direction du coordinateur général des Affaires présidentielles en vue de la création d’un Fonds pour la réorientation des chômeurs.

Face à la montée du
chômage, le Mouvement national des chômeurs gabonais (MNCG) vient de porter un
plaidoyer en direction de Noureddin Bongo Valentin. Par la voix de son
secrétaire général, ledit mouvement suggère la création d’un Fonds pour la
réorientation des chômeurs au Gabon dont la mission portera essentiellement sur
la réorientation des chômeurs. A en croire Joël Yannick Nguéma Ellang,  les financements à travers ledit fonds seront accordés
aux chômeurs disposant d’avalistes capables de rembourser le tiers de l’argent emprunté,
une fois une inséré dans une société. Pour lui, l’argent récupéré dans le cadre
de l’Opération «Scorpion» pourrait contribuer à alimenter ce fonds.

Dans sa démarche, le MNCG s’est
appuyé sur l’expertise d’officiers supérieurs. «Si nous ne réglons pas la question du chômage en 2020, les guerres
futures seront causées par les chômeurs», a indiqué Joël Yannick Nguéma
Ellang. «Nous sommes là pour
interpeler ceux-là qui ont en charge notre sécurité pour amener le chef de
l’Etat à voir de plus près cette question parce que nous avons compris une
chose : c’est que les politiques adorent cette situation pour faire des
chômeurs des bœufs votants», a-t-il ajouté.

En plus des officiers supérieurs de l’armée, des ministères seront également sollicités. «En arrière-plan, nous pensons toucher le Premier ministre et le Coordonnateur général des Affaires présidentielles. Il est temps que nous mettions ce plaidoyer sur sa table. Si nous ne sommes pas compris, nous laissons le chômeur lui-même prendre ses responsabilités», soutient-il. Dans son plaidoyer, le MNCG suggère une «gabonisation» des postes. «Dans des entreprises comme Express union, de la ménagère à la caissière c’est des Camerounais. A-t-on besoin de ça? Quelles sont les clauses que cette société a signées avec le Gabon», s’insurge-t-il. «Nous n’avons pas l’impression que le ministre en charge de l’Emploi regarde dans ce sens.  Or, c’est dans ce sens qu’il faut regarder les choses», lance Joël Yannick Nguéma Ellang.

FIN/INFOSGABON/SM/2020

Copyright Infos Gabon

Source link

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles apparentés