Gabon/COMILOG:La vision de Noureddin Bongo Valentin

Le coordinateur général des Affaires présidentielles exhorte à un changement de cap en vue d’un rééquilibrage dans la répartition des retombées issues de l’exploitation du manganèse, un minerai très prisé sur le marché.

La
visite effectuée ce week-end dans la province du Haut-Ogooué par Noureddin
Bongo Valentin était loin d’être une simple partie de plaisir. Loin de son
bureau douillet du Bord de mer de Libreville, le coordinateur général des
Affaires présidentielles est allé se frotter aux réalités du terrain pour
ramener au chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, la bonne information.  Au cours de sa descente à la Compagnie minière
de l’Ogooué (COMILOG), complexe métallurgique spécialisé dans la transformation
du manganèse situé à Moanda, s’est dit impressionné par ce qu’il a vu. Mais, il
a davantage exhorté les dirigeants de cette succursale de la multinationale
française Eramet avec qui il a eu des échanges fructueux de redoubler d’efforts.
«Il
faut encore aller plus loin pour que nos matières premières participent
pleinement au développement du Gabon», a-t-il relevé sur son
compte Twitter.

Si
pour beaucoup cette visite à la COMILOG est loin d’être un simple fait du
hasard, c’est que Noureddin Bongo Valentin souhaite un changement de paradigme.
Pour nombre d’observateurs, le coordinateur général des Affaires
présidentielles invite désormais la compagnie minière à un
rééquilibrage dans la répartition des retombées issues de l’exploitation de ce
minerai très prisé sur le marché. En plus, cette visite qui n’est pas anodine
intervient dans un contexte de marasme économique marqué par une chute des recettes
de l’Etat du fait de la crise sanitaire et de la chute des cours du baril à l’échelle
mondiale. Comme on le sait, la mise en exploitation de la mine de Moanda génère
chaque année des milliers de milliards de F qui devraient davantage permettre de
renflouer les caisses de l’Etat.

Au cours de cette visite guidée par Léo Paul Batolo, directeur général de la COMILOG, Noureddin Bongo Valentin s’est par la suite rendu à l’usine de construction de pavés de Konda.

Source

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles apparentés