Gabon et France veulent intensifier leur coopération en matière sanitaire


Le ministre de la Santé publique, le Dr. Guy Patrick Obiang Ndong, l’ambassadeur de France, Philipe Autié, mardi 15 septembre. 

La volonté est commune : renforcer la coopération en matière sanitaire.

Gabon et France sont fermement décidés à renforcer leur collaboration dans ce domaine, devenu encore plus prioritaire depuis le déclenchement de la pandémie de Covid-19.

C’est ce qui ressort de l’entretien entre le ministre de la Santé publique, le Dr. Guy Patrick Obiang Ndong, l’ambassadeur de France, Philipe Autié, mardi 15 septembre.

A cette occasion, l’ambassadeur de France, Philipe Autié, a souligné le leadership du président de la République Ali Bongo Ondimba. La riposte gabonaise contre le Covid-19 a été l’une des plus efficaces sur le continent, a reconnu le diplomate.

Le Gabon est en effet en Afrique le pays qui, par tête d’habitant, teste le plus sa population et où le taux de létalité (c’est à dire de mortalité dû au virus) est le plus faible. A ce jour, il ne subsiste dans le pays que 800 cas actifs environ, un chiffre en constante régression.

Liens étroits

A l’occasion de la riposte contre le Covid-19, le projet d’appui au secteur de la santé phase 2 (PASS 2), un programme public piloté par le ministère de la santé gabonais et accompagné par l’Agence française de Développement (AFD), a prouvé son efficacité. Il a notamment contribuer à renforcer l’information sur les gestes barrières et les bonnes pratiques à adopter pour ralentir l’épidémie.

Le Gabon et la France continuent d’entretenir des relations étroites dans divers secteurs. L’Hexagone reste le premier fournisseur du Gabon devant la Belgique et la Chine. Les stocks d’investissements français dans le pays s’élevaient à 889 M€ en 2019, selon les données de la Banque de France.

Ces trois dernières années, les relations diplomatiques franco-gabonaises se sont nettement réchauffées grâce notamment aux très bonnes relations inter-personnelles entre les présidents Ali Bongo Ondimba et Emmanuel Macron.

Source

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles apparentés