Faustin Boukoubi accuse…

Le président de l’Assemblée nationale s’insurge contre un climat politique de plus en plus étouffant dans la province de la Ngounie.

L’heure serait-elle aux empoignades à Fougamou, chef-lieu du département de Tsamba Magotsi, dans la province de la Ngounie entre acteurs politiques sous couvert des anonymes ? La dernière sortie de Faustin Boukoubi lors de son discours de rentrée parlementaire liée à la 2e session prononcée le 1er septembre à Libreville donne des sueurs froides. Le président de l’Assemblée nationale stigmatise cette campagne de dénigrement orchestrée à coups de médisance et de diffamation orchestrée par certains hommes politiques contre leurs adversaires. «Il convient de parer à la prolifération «d’infox» nuisibles. Véhiculées à travers des anonymes, derrière lesquels se camouflent parfois des cadres d’une même écurie, ces pratiques de désinformation sont susceptibles de semer la confusion, la discorde, voire la division»,dénonce-t-il.

Cette indignation intervient dans un contexte marqué par la montée du phénomène des crimes rituels et autres assassinats crapuleux avec prélèvements d’organes humains qui sont le fait de certains acteurs politiques. Avec le département de Tsamba-Magotsi au devant l’actualité. Des faits dénoncés le 26 août dernier par l’opposant Frédéric Massavala Maboumba, originaire du coin, qui au cours de sa prise de parole en public a tenu à dénoncer de telles pratiques ainsi que leurs commanditaires tapis dans l’ombre.

Source

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles apparentés