Le Gabon félicité par le FMI pour sa gestion transparente des fonds d’urgence destinés à lutter contre le Covid-19

Dans son rapport du mois d’août sur l’économie gabonaise, le Fonds monétaire international (FMI) salue les efforts de transparence du Gabon dans l’usage des fonds d’urgence destinés à lutter contre le Covid-19.

C’est un franc satisfecit que le FMI vient de délivrer au Gabon.

Dans son dernier rapport pays, l’institution de Bretton Woods ne tarit pas d’éloges sur la façon « particulièrement transparente » avec laquelle il gère les fonds d’urgence destinés à la lutte contre le Covid-19.

Le FMI insiste en particulier sur le respect tatillon des engagements pris afin de préserver la qualité des dépenses d’urgence dans la santé comme dans d’autres secteurs. Il s’agit notamment du fait de publier chaque trimestre les dépenses des fonds d’urgence ; de commander un audit indépendant de ces dépenses réalisé par un tiers dans les six mois suivant leur décaissement et de publier les résultats en ligne dans un délai de neuf mois après la fin de chaque exercice.

Qui plus est, relève, tout aussi satisfait, le Fonds monétaire international, les autorités gabonaises procèdent à la publication en ligne de l’adjudication des marchés publics concernés par le coronavirus dans les 30 jours suivant leur attribution, des informations relatives aux bénéficiaires effectifs auxquels ces marchés sont attribués, ainsi qu’aux comptes-rendus de livraison ex-post.

Par surcroît, souligne le FMI, « L’implication de la Cour des comptes et de la Commission nationale de lutte contre l’enrichissement illicite (Cnlcei), organisme de lutte contre la corruption, dans le processus est aussi encourageante. (…) Début juin, les membres du Comité de pilotage du plan de veille et de riposte contre la pandémie de Covid-19 (Copil) et plusieurs ministres impliqués dans la riposte contre la maladie ont rencontré des membres de la Cnlcei afin de rendre compte de la mise en œuvre du plan de relance d’urgence », relève le FMI.

Le Gabon, modèle de transparence dans la gestion des fonds octroyés lors de la crise selon le FMI

Enfin, relève l’institution, tous les membres du Comité de riposte au Covid-19 (Copil) ont obligation de transmettre leurs déclarations de patrimoine à la CNLCEI afin de garantir l’utilisation transparente des fonds liés au Covid-19 et de faciliter le processus d’évaluation financière une fois que la pandémie s’atténuera.

« On savait que le Gabon était l’un des pays en Afrique les plus efficaces sur le plan sanitaire dans la riposte au Covid-19. On découvre qu’il est également l’un des pays les plus transparents en matière de gestion des fonds octroyés à l’occasion de cette pandémie », a commenté, satisfait, l’un des responsables Afrique du FMI.

Source

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles apparentés