Le ton politique des médias religieux ne plait pas à la HAC

La Haute autorité de la communication (HAC) a convoqué les responsables des médias religieux, le 26 août à Libreville. Il était question de rappeler à l’ordre ces organes de presse qui semblent s’être éloignés de leur ligne éditoriale, car traitant de plus en plus des sujets politiques.

La HAC a rappelé à l’ordre certains médias religieux, le 26 août 2020 à Libreville, traitant de plus en plus des sujets politiques. © AFP

Estimant que les contenus de certains médias religieux sont en déphasage avec leur ligne éditoriale, la Haute autorité de la communication (HAC) a convoqué les promoteurs de ces organes de presse, le 26 août à Libreville. Pédagogie et rappel à l’ordre ont constitué l’essentiel du message de l’autorité de régulation à ses interlocuteurs.

«Il se trouve que dans la déclaration de leurs entreprises, ils ont fait le choix d’une certaine ligne éditoriale. Au regard de ce qui se fait actuellement, nous avons observé une certaine sortie de route», a souligné le porte-parole de la HAC. «Il nous revient en tant qu’autorité de régulation de rappeler à ces responsables de respecter le choix qui a été le leur», a déclaré Jean François Mouwaka Ngonga sur Gabon 1re.

La HAC reproche particulièrement à ces médias une trop grande part de l’actualité politique dans leurs programmes, alors que leur orientation éditoriale ne leur réserve que très peu de marge dans le traitement dans ce type de sujets. «Nous savons qu’aujourd’hui chaque entreprise de presse a fait le choix d’une ligne éditoriale. Et la nôtre nous commande de rester dans une position apolitique», a rappelé le président de la télé Hermon.

«Malheureusement, selon les observations de la HAC, certains d’entre nous ne respectent pas leur ligne éditoriale, au point que les contenus politiques ont dépassé largement les ¾ du contenu global des sujets traités», a reconnu Alphone Nguimba. Pour le respect de ses instructions, la HAC a demandé aux médias concernés de lui faire parvenir dans les meilleurs délais, leur grille des programmes. Par ailleurs, en cas de prochain débordement, nul doute que l’autorité de régulation n’hésitera pas à sévir.

Source

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles apparentés