Gabon : Lee White dans l’Ogooué-Lolo et l’Ogooué-Ivindo pour accélérer le développement de la filière bois

Du 26 au 30 août, le ministre des Forêts et de l’Environnement, Lee White, effectue une tournée dans les provinces de l’Ogooué-Lolo et de l’ Ogooué-Ivindo. L’objectif : dynamiser la filière bois sur laquelle compte le Gabon pour créer 30 000 emplois en trois ans et se substituer à terme au secteur pétrolier, plus polluant et moins créateur localement de valeur ajoutée. A l’occasion de cette tournée, qui s’inscrit dans le cadre du suivi et du contrôle des activités forestières et fauniques, Lee White a rencontré les opérateurs économiques du secteur forêt-bois implantés dans ces deux provinces du centre du pays afin, précise un communiqué du ministère, « d’identifier les défis auxquels ils font face dans le contexte marqué par la pandémie de la COVID-19, y trouver des solutions et s’assurer de la bonne évolution de l’activité économique des secteurs dont il a la charge ».

Objectif : créer massivement des emplois

A Bambidi ce mercredi, première étape de cette tournée, Lee White, accompagné du gouverneur de la province de l’Ogooué-Lolo, Jean Bosco Assingabagni, du directeur général de la société Precious Wood CEB, Frédéric Ober, et du directeur général de la Banque Africaine de Développement (BAD) au Gabon, Robert Masumbuko, a inauguré la nouvelle usine de transformation de bois Azobé de la société forestière Precious Wood CEB.

Le ministre des forêts a rappelé que l’inauguration de cette nouvelle usine s’inscrivait dans le plan arrêté par le président de la République, Ali Bongo Ondimba, visant à créer 30 000 emplois dans le secteur du bois d’ici 3 ans.

Augmenter la valeur ajoutée dans l’industrie du bois par dix d’ici dix ans

« L’ouverture de cette nouvelle usine dédiée à la transformation de l’essence Azobé,
particulièrement en période de pandémie, me donne beaucoup d’espoir pour l’avenir de
l’industrie de transformation du bois dans notre pays. Elle nous permettra d’augmenter la
productivité de notre forêt et de créer d’avantage d’emplois. En passant à la 2ème et à la 3ème transformation, nous arriverons aussi bien à multiplier le nombre d’emplois dans le secteur forestier qu’à multiplier la valeur économique de notre bois ainsi que l’économie forestière par 10 d’ici 10 ans. Je suis convaincu que cela est possible », a-t-il-déclaré.

Le directeur général de la société Precious Wood CEB, Frédéric Ober, a quant à lui précisé « ce nouvel investissement permettra d’augmenter leur chiffre d’affaire à 24 milliards de francs, leur capacité de production à 53 000 m3 de débités et de créer 87 emplois supplémentaires. »

Troisième transformation obligatoire des grumes

Pour rappel, dans son discours prononcé à l’occasion du 60ème anniversaire de l’Indépendance du Gabon, le président Ali Bongo a affiché l’objectif de création de 30 000 emplois en trois ans dans le secteur du bois, en particulier dans la ZERP de Nkok.

Un objectif rendu possible par l’obligation à venir d’une troisième transformation des grumes avant exportation, a expliqué il y a quelques jours son porte-parole, Jessye Ella Ekogha.

D’ici une dizaine d’années, le Gabon entend substituer à son industrie pétrolière, polluante et faiblement créatrice d’emplois et de valeur ajoutée localement, l’exploitation durable du bois dont il est l’un des principaux producteurs mondiaux.

Source

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles apparentés