«Affaire TV+» : la lutte familiale se déporte à Paris

Bien qu’il soit lui-même contesté par une partie de la famille, et alors que l’affaire est encore pendante en justice au Gabon, Joseph Atomo Ondong, co-actionnaire de la société TV+ Gabon SA, a adressé fin juillet 2020 en France une plainte contre X qui viserait en réalité son cousin et associé Franck Nguema, actuel ministre des Sports, qu’il accuse d’avoir soustrait les entrées publicitaires dédiées à la chaîne de télévision TV+.

De familiale, la guerre de succession à la tête de TV+ Gabon SA investit davantage le terrain judiciaire. En effet, plus d’un an après que l’ancien manager, Franck Nguema, ait décidé de passer la main à la suite de sa nomination au gouvernement, son «associé» Joseph Atomo Ondong, dont certains au sein de la famille contestent l’attribution des parts dans la société médiatique fondée par feu André Mba Obame, n’en finit plus d’initier des actions en justice contre son cousin. Le 27 juillet dernier, il aurait récidivé, selon la lettre Africa Intelligence.

Alors même que son litige avec l’actuel ministre des Sports est pendant au tribunal de première instance de Libreville, le co-actionnaire de TV+ Gabon SA aurait porté plainte au tribunal judiciaire de Paris (France) pour «abus de confiance, blanchiment et recel». Problème : comme s’il n’est pas sûr de ses accusations ou de sa véritable cible, le plaignant a choisi de diriger sa plainte contre X. Il y viserait toutefois la Régie Africa Network, société gérée jadis par Franck Nguema qu’il soupçonne de s’être interposée entre la chaîne de télévision TV+ et les annonceurs parmi lesquels les sociétés de téléphonie mobile présentes au Gabon.

Joseph Atomo Ondong qui s’est attaché les services de Me William Bourdon, à l’origine de l’affaire dite des Biens mal acquis (BMA), prétend que la régie publicitaire a accaparé l’argent destiné à la télévision et que son gérant d’alors, Franck Nguema, s’en est servi pour permettre à sa mère de s’acheter un appartement dans le 16e arrondissement de Paris.

«Technique réchauffée» et instrumentalisation de la justice française ?

Joint par Gabonreview, l’ancien patron de TV+ se dit «serein» et assure n’avoir aucune raison de craindre pour la suite. Franck Nguema estime en effet que, comme pour les actions judiciaires initiées à Libreville, celle de Paris se soldera par une nouvelle déconvenue de son cousin.

«Le dépôt d’une plainte contre X à Paris, car on n’est pas sur des personnes que l’on accuse, et l’arrivée de Maitre Bourdon, sont la démonstration de ce qu’après avoir échoué judiciairement au Gabon, la stratégie est désormais de politiser ce litige qui n’est en réalité qu’un litige de succession familiale dans TV+. Il s’agit là d’une technique réchauffée et d’une instrumentalisation de la justice française. Je suis tout à fait serein. J’apporterai, si besoin, toutes les informations, le cas échéant, nécessaires aux autorités compétentes», réagit le mis en cause, qui nie également être à l’origine des difficultés financières rencontrées un temps à TV+.

«Je rappelle qu’entre les deux présidentielles de 2009 à 2016, TV+ a subi plusieurs attaques commandos qui ont détruit ses émetteurs, les studios, etc. Quelles entreprises commerciales auraient pu survivre à cela ? Il a fallu adapter notre management à la situation et TV+ a survécu, l’emploi et les salaires des 50 employés ont été sauvés, ceci sans arriérés de salaires, en dépit d’une dette à la CNSS comme pour les plus grandes entreprises de la place», se défend Franck Nguema.

Source

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles apparentés