L’informaticien de Jean Ping sera Libéré le 13 septembre, après 4 ans de prison

Après quatre années de détention, Yeo Sihifowa devra encore attendre trois semaines avant de recouvrer totalement sa liberté. L’informaticien ivoirien arrêté le 31 août 20016 au quartier général de Jean Ping, dans l’euphorie des émeutes ayant suivi la proclamation des résultats de la présidentielle a été fixé sur sort.

Le tribunal correctionnel spécial devant lequel il a comparu le 14 août lui infligé 5 ans de prison assortis d’un an de sursis, 2 millions de francs CFA d’amende et dix ans d’interdiction de séjour au Gabon.

Yeo Sihifowa est accusé de diffusion des fausses informations et utilisation frauduleuse des réseaux  téléphoniques. Ces délits sont réprimés par l’article 193 du Code pénal. Placé sous mandat de dépôt le 13 septembre 2016 à la prison centrale de Libreville, Yeo Sihifowa sera libéré le 13 septembre prochain avant d’être expulsé du Gabon.

Pour son avocat, «la décision rendue au nom du peuple gabonais est conforme au droit. C’est une affaire qui avait été douloureuse parce que c’était pendant un climat politique particulier. Aujourd’hui, la justice gabonaise a redonné de l’honneur à monsieur Yeo et la justice gabonaise a été à la hauteur de la décision», a déclaré maitre Davy Hermann Zassi Mikala.

Selon ce dernier, «ce n’est pas une décision politique puisque Yeo Sihifowa n’était pas un prisonnier politique. C’est une décision de droit. Et force reste à la loi dure lex sed lex et mon client va pouvoir recouvrer la liberté. C’est le plus important. Il pourra rejoindre sa famille et le Gabon aura lavé son honneur. Ce monsieur s’est malheureusement retrouvé au mauvais endroit au mauvais moment. On a eu foi à la justice gabonaise. C’est pour cela je me suis abstenu de me rependre dans les médias sur l’affaire».

 L’avocat assure qu’il s’est engagé dans ce dossier pour aider son client qui était dépourvu de tout soutien.

«Nous avons défendu le dossier avec les moyens juridiques face aux magistrats professionnels qui ont rendu la décision, conformément au droit. Ce n’est pas une victoire c’est plutôt un soulagement pour Yeo qui vivait au Gabon sans aucun soutien, sans famille. C’est un dossier que j’ai plaidé sans aucune rémunération parce que je me suis dit qu’on ne pouvait pas laisser ce monsieur dans les geôles pendant des années. Maintenant que justice est faite, ce monsieur pourra regagner librement son pays».

Yeo Sihifowa s’est réjoui de la décision. «C’est une très bonne décision. Je suis heureux de pouvoir partir du Gabon, rejoindre mes proches et merci à la justice gabonaise. Je suis arrivé dans le cadre du travail malheureusement  cela m’a valu 4 ans  de détention loin de mes enfants, frères sans aucun soutien. J’ai dû faire des corvées pour survivre dans les conditions de détention compliquées. Grace à Dieu, je suis sorti vivant c’est le plus important», a lancé déclaré le jeune ivoirien.

Arrivé au Gabon pour une prestation de service dans les équipes de campagnes du candidat Jean Ping, Yeo Sihifowa a été appréhendé dans la nuit du 31 août au 1er septembre 2016 au quartier général de Jean Ping.

Source

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles apparentés