Commentaires sur Laurence Ndong lance le mouvement de libération «Debout peuple libre» par diogene

La femme politique gabonaise basée à Paris, en France, Laurence Ndong a lancé le 9 août dernier, le mouvement de libération «Débout peuple libre», pour la défense du peuple gabonais et la libération du Gabon de la tyrannie et de l’oppression.

Révoltée par ce qui caractériserait désormais l’histoire politique et institutionnelle du Gabon, nourrie par des violations récurrentes de la Constitution et des principes démocratique ; le non-respect de l’Etat de droit et de la souveraineté du peuple, les atteintes aux libertés individuelles et les menaces aux traditions et au vivre ensemble du peuple, Laurence Ndong a récemment lancé depuis la France, un mouvement de libération dénommé : «Debout peuple libre».

Ouvert à tous les Gabonais, ce groupement citoyen se propose comme le lieu de la détermination, de l’engagement, de l’audace, de la conviction, à partir duquel se forgera la décision de mettre un terme à la souffrance et la douleur des Gabonais.

«Nous avons décidé de prendre notre destin en mains et d’en finir avec la dictature. La libération du Gabon ne viendra que de l’engagement et de la détermination de son peuple. Personne ne le fera à notre place. Nous savons, que cette dictature qui est presque aussi vieille que l’indépendance illusoire de notre pays, ne tombera qu’à la faveur d’un rapport de forces venant du peuple Gabonais, nous allons l’organiser et le lui opposer au Gabon et partout dans le monde», a déclaré Laurence Ndong.

Le logo du le mouvement de libération «Débout peuple libre», pour la défense du peuple gabonais et la libération du Gabon de la tyrannie et de l’oppression. © D.R.

Pour le leader du Collectif «Tournons la page», les fondements actuels du Gabon ne sont pas favorables à son éveil, à son essor, à sa félicité, à sa vitalité et à sa stabilité. La vie de ce pays «est rythmée par la souffrance, la violence, l’oppression, les interdictions, l’arbitraire, les emprisonnements et les empoisonnements des acteurs politiques». Consciente de ce que sa démarche pour la libération du Gabon des jougs du système Bongo-PDG relève de la folie, la jeune dame politique assume et invite le peuple gabonais à faire le choix clair et assumé d’être en phase offensive en devenant des conquérants.

«Nous avons l’obligation de faire de notre indépendance, une réalité, nous avons le devoir absolu de faire de notre liberté une fatalité. C’est à partir de notre indépendance et de notre liberté acquise par le sacrifice des enfants du Gabon face à la tyrannie et aux forces obscures que nous donnerons à notre pays sa dignité et son rayonnement au service de son développement et du bien-être de tous les Gabonais» a-t-elle déclaré, martelant que «notre génération est celle de la libération et nous nous devons d’être à la hauteur de cet espoir. La victoire du peuple sur la tyrannie est notre devoir».

Source

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles apparentés