Gabon: le Stade Omnisport toujours non livré au ministère des Sports depuis 2012

Construit en 1976 pour accueillir les premiers Jeux de l’Afrique Centrale, le Stade Omnisport Omar Bongo de Libreville n’est plus qu’un vaste champ de ruines, ce malgré les moyens colossaux investis depuis le lancement des travaux de réhabilitation en 2010, soit un peu plus de 100 milliards de FCFA. Une situation préjudiciable pour le sport gabonais qui se voit privé d’une infrastructure qui pourtant devait être livrée au ministère des Sports durant la Coupe d’Afrique des Nations que le Gabon a organisé conjointement avec la Guinée Equatoriale du 21 janvier au 12 février 2012. 

Sa réhabilitation lancée dès 2009 devait permettre de porter sa capacité d’accueil à un peu plus de 40 000 places. Sauf que 10 ans après, les travaux sont à l’abandon, au grand désarroi des amoureux du ballon rond et du sport en général. Une situation incompréhensible lorsque l’on sait que c’est près de 130 milliards de FCFA qui auraient été investis dans cette infrastructure. Mais l’issue ayant conduit à l’arrêt des travaux était déjà prévisible dès l’année 2018, à la suite de la décision du groupe espagnol Eurofinsa, société mère de Ceddex-Entraco de résilier le contrat le liant à l’Etat gabonais.

Vue de l’état des travaux publiée sur la page Facebook de l’ANGTI en 2014 ©️ ANGTI.

Raison de cette décision, le non-paiement total de l’ardoise relative à la poursuite des travaux, mais aussi la présence inexpliquée d’une entreprise chinoise sur le site sans justification officielle. Un fait pour le moins curieux alors qu’en 2017, le gouvernement annonçait la mobilisation supplémentaire de 33 milliards de FCFA par la banque française Société Générale pour achever les travaux dudit stade.

Au fil des années, ces travaux exécutés par l’entreprise Entraco sous la supervision de l’Agence nationale des grands travaux et d’infrastructures (ANGTI), qui était le maître d’ouvrage délégué, se sont révélés comme un véritable gouffre à sous sans que le ministère des Sports n’ait pu comprendre la destination qu’auraient prise l’ensemble des financements de cette infrastructure qui aurait dû lui être livrée depuis 2012. Si le 13 septembre 2018, la Chambre de commerce internationale (CCI) de Paris a donné raison partiellement au Gabon dans le litige l’opposant à Eurofinsa, la question de la relance des travaux semble presque reléguée aux calendes grecques.

La maquette de ce qui aurait dû être le complexe omnisports de Libreville ©️ ANGTI.

Ce stade mythique est une préoccupation majeure du président Ali Bongo Ondimba en matière d’infrastructures sportives, il n’entendrait « pas le laisser dans l’état actuel, et a instruit le ministre des Sports Franck Nguema, qui a trouvé ce dossier lourd sur sa table à sa prise de fonction en juin 2019, de trouver, coûte que coûte, une solution pour le réhabiliter », rapporte une source proche de ce dossier qui estime que le membre du gouvernement « au vu des actions qu’il a déjà posé depuis son arrivée au ministère des Sports, relèvera, assurément le défi ».

Si la volonté du président Ali Bongo Ondimba d’offrir au pays des infrastructures sportives répondant aux normes internationales se manifeste depuis son accession à la magistrature suprême, l’inscription dans la loi des finances rectificative 2020 de l’entretien de l’ensemble de ces édifices réitère cette vision. Par ailleurs, les personnes impliquées dans l’épineux dossier du stade Omnisport Omar Bongo aux allures d’acte antipatriotique doivent être entendues pour démêler l’écheveau de ce scandale financier.

Source: https://www.gabonmediatime.com/gabon-le-stade-omnisport-toujours-non-livre-au-ministere-des-sports-depuis-2012/

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles apparentés