Doing Business : Le Gabon mise sur le permis de construire

Le Gabon veut améliorer sa note pour le prochain classement. Pour y arriver, le pays veut optimiser ses réformes dans les domaines évalués pour le Doing Business, notamment l’obtention du permis de construire. La question a été examinée le 28 janvier.

 

Le ministre de la Promotion des investissements, des partenariats publics-privés, chargé de l’amélioration de l’environnement des affaires met les bouchées doubles pour améliorer la place du Gabon dans le classement Doing Business. Il a eu une séance de travail, le 28 janvier, avec son collègue en charge de l’Habitat, le directeur général de l’Agence nationale de promotion des investissements (ANPI) et les représentants du Haut conseil pour l’investissement (HCI).

Selon Gabriel Ntougou, directeur général de l’ANPI, «il était question de travailler dans le cadre du plan d’action qui a été mis en place par le ministère en charge de l’amélioration du climat des affaires pour faire avancer les réformes du Doing Business». Dans le Doing Business 2019, le Gabon a été classé 169e sur 190 pays. L’objectif est et d’améliorer ce classement en optimisant les réformes entreprises par le pays dans les domaines évalués, et particulièrement au niveau du critère “Octroi permis de conduire” où le pays a obtenu un score de 141.

Le problème au niveau du permis de construire, a expliqué Gabriel Ntougou, est que les textes réglementaires qui raccourcissent les délais d’obtention de 160 jours à 15 jours ne sont pas tout à fait mis en application. Il existerait une procédure parallèle au niveau de la direction générale de l’Habitat qui octroierait des autorisations provisoires, alors qu’une commission a été mise en place par un texte réglementaire. Il faudrait donc revenir à une commission unique selon l’esprit de la réforme.

«Il était donc question de faire le point sur la mise en œuvre de cette commission, de parler des questions relatives à l’organisation des contrôles lors des constructions, de la délivrance de la déclaration d’achèvement des travaux et de la délivrance du certificat de conformité», a déclaré le ministre de la Promotion des investissements, Carmen Ndaot.

Pour elle, «au-delà d’un classement, il faut savoir que le Gabon est engagé dans une voie de compétitivité. Le secteur privé a été identifié comme moteur de croissance. Nous travaillons à la diversification de notre économie. C’est donc important pour nous de faciliter les procédures. Faciliter les procédures, réduire les délais, réduire les coûts, c’est ça l’impact que nous recherchons pour avoir une véritable croissance économique créatrice d’emploi».

À l’issue de la rencontre, a assuré Léon Armel Bounda Balonzi, ministre en charge de l’Habitat, il a été convenu «d’améliorer les contrôles en mettant en place une commission conjointe». Concernant le permis lui-même, a-t-il dit, sur le plan purement technique, «il y a encore des améliorations à apporter». Le prochain classement Doing Business aura lieu en octobre 2020, et le Gabon s’est fixé pour délai le mois de mars sinon, le 31 mai pour l’aboutissement des réformes. «Nous pensons que les délais sont tenables parce qu’il s’agit ici de prendre des arrêtés, dont un que nous proposons et qui sera soumis au chef du gouvernement, et les techniciens vont y travailler pour que nous tenions rapidement les délais parce que nous avons le deadline du mois de mars», a-t-il déclaré.

Source: https://www.gabonreview.com/blog/doing-business-le-gabon-mise-sur-le-permis-de-construire/

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles apparentés