Gabon : «Touche pas à ma terre» s’intéresse à la dette publique et à Noureddin Bongo

Après s’être opposée à de la décision de transférer à titre gracieux à la Caisse des dépôts et consignations (CDC) certains titres fonciers de l’État, la campagne citoyenne “Touche pas à ma terre” annonce, ce mercredi 15 janvier, devoir élargir son action à «la problématique de la gouvernance globale du pays». Le mouvement, qui n’en a toutefois pas terminé avec son combat sur le foncier, entend s’intéresser également à l’opération anticorruption, «Scorpion», en cours, ainsi qu’à la dette et à la nomination de Noureddin Bongo Valentin en tant que coordinateur général des Affaires présidentielles. Ci-après, le communiqué de presse annonçant les futures actions qu’envisage de mener cette campagne citoyenne.

Communiqué de presse

Suite aux récents événements survenus dans le pays, les membres de la Campagne «Touche Pas à Ma Terre», réunis initialement en contestation de la décision de transférer à titre gracieux à la Caisse des dépôts et consignations (CDC) certains titres fonciers de l’État, décident d’accentuer leur action sur la question du foncier et aussi, de l’élargir à la problématique de la gouvernance globale du pays. Aussi, ont-ils arrêté ce qui suit :

1. Du Foncier.

1.1 Exiger du Gouvernement l’ouverture d’un large débat national sur le foncier. Ce débat doit viser à garantir pour tous, le droit à la propriété telle que prévu à l’article 1er, alinéa 10 de la Constitution ainsi que la prise en compte des droits telluriques des populations locales sur la terre.

1.2 Assister les populations victimes de spoliation.

1.3 Exiger la publication des titres fonciers de l’État.

2. De l’Opération anti-corruption Scorpion

Les membres de la Campagne ainsi que tous les Gabonais sont indignés par les montants pharaoniques des détournements des fonds publics révélés par l’opération anti-corruption Scorpion. Dans ce cadre,les membres de la Campagne veulent s’assurer que la justice ira au bout de ses investigations, que les auteurs soient jugés conformément aux règles de droit et que les fonds récupérés soient reversés au Trésor public de manière transparente. Aussi, ont-ils arrêté ce qui suit :

2.1 . Se porter partie civile dans les procédures engagées dans le cadre de cette opération.

2.2 Requérir du parquet l’extension des enquêtes aux faits antérieurs ou connexes au lancement de l’opération Scorpion ;

2.3 Interpeller les autorités sur le rôle et les missions de la Cour des Comptes, de la CNLCEI et de l’ANIF.

3. De la Dette publique

Face au gouffre de l’endettement public, plus de 5 000 milliards, lequel hypothèque les générations futures et dont le poids continue de s’aggraver avec un recours toujours excessif aux nouveaux emprunts, les membres de la Campagne ont décidé de mettre en place un groupe de travail sur la dette odieuse du Gabon. À cet effet, ils ont arrêté ce qui suit :

3.1 Exiger des autorités une transparence sur le volume, la composition et l’utilisation de cette dette.

3.2 Sensibiliser les bailleurs internationaux de fonds sur le caractère contre-productif de cet endettement dont la traduction en projets réalisés est invisible.

4. De la création du poste de Coordinateur Général des Affaires Présidentielles (CGAP)

Depuis l’annonce de la création de ce poste en Conseil des Ministres, réuni le 5 décembre 2019, le décret y relative n’a, à cette date, c’est-à-dire plus d’un mois après, été publié au Journal Officiel alors que le bénéficiaire a pris la plénitude de ses fonctions.

Tout en marquant leur étonnement, les membres de la Campagne comptent mettre les institutions compétentes devant leurs responsabilités face à cette énième violation de la Constitution.

Fait à Libreville, le 15 janvier 2020

Les signataires : Jean Valentin Leyama et Marc Ona Essangui (Coordonnateurs de «Touche pas à ma terre»)

Source: https://www.gabonreview.com/blog/gabon-touche-pas-a-ma-terre-sinteresse-a-la-dette-publique-et-a-noureddin/

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles apparentés