Sommet CEEAC : «Tout n’est que mise en scène», selon la CNR

La Coalition pour la nouvelle République formée autour de Jean Ping voit dans la faible mobilisation des présidents des Etats membres de la CEEAC lors du 9e sommet extraordinaire tenu récemment à Libreville la preuve de ce qu’Ali Bongo, président en exercice de cette organisation, ne dirige désormais plus le Gabon. La CNR soupçonne une “mise en scène” qu’elle dit confortée par la qualité de la signature apposée sur le communiqué final des travaux par le président gabonais.

Contrairement à l’appréciation des partis de la majorité, à l’instar du Rassemblement pour la restauration des valeurs (RV), s’étant félicité du succès du 9e sommet extraordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) tenu le 18 décembre à Libreville, la Coalition pour la nouvelle République estime pour sa part que ces assises se sont soldées par un échec. Jean Ping et ses compagnons en veulent pour preuve «le climat morose» dans le lequel les dirigeants de la sous-région ont été reçus dans la capitale gabonaise. La CNR croit y voir «l’illustration du vide institutionnel qui existe au sommet de l’État» depuis la présidentielle de 2016, dont l’ancien candidat de l’opposition réclame la victoire.

«A ce climat morose s’ajoute une absence notable de représentation au plus haut niveau des États participants. L’on a ainsi pu noter que seuls quatre chefs d’Etats sur onze, étaient présents. D’ailleurs aucun chef d’État des pays frontaliers continentaux n’a fait le déplacement. Ce qui en dit long sur le faible poids diplomatique de M. Ali Bongo dans l’espace Cemac», juge la CNR qui continue d’émettre des doutes sur les capacités cognitives et physiques du président de la République plus d’un an après son AVC.

La coalition formée autour de Jean Ping relève en effet la qualité de la signature d’Ali Bongo ayant fait grand bruit sur les réseaux sociaux ces derniers jours. Relevant une «différence notable entre la signature apposée par [le chef de l’Etat] sur le communiqué final des travaux de la CEEAC et celle qui apparaît sur les autres actes récents réputés signés de lui», la CNR estime que «ce sommet renforce davantage la conviction des Gabonais de l’incapacité de M. Ali Bongo à diriger le Gabon depuis qu’il a été victime d’un accident vasculaire cérébral le 24 octobre 2018».

Aussi, la Coalition soupçonne-t-elle un «faux», non sans renouveler sa conviction quant à l’«utilisation de sosies» pour remplacer Ali Bongo à des moments. Loin d’être avérée cette rumeur ne la pousse pas moins à évoquer le crime de «haute trahison».

Source: https://www.gabonreview.com/blog/sommet-ceeac-tout-nest-que-mise-en-scene-selon-la-cnr/

Articles apparentés