Troubles à l’ENS : L’administration saisit la justice

Pour mettre fin au mouvement d’humeur des étudiants de l’École normale supérieure (ENS), les responsables de cet établissement ont décidé de saisir les autorités judiciaires pour ramener le calme et traduire les «fauteurs de trouble en justice».

La direction générale de l’École normale supérieure (ENS) avait déjà prévenu ! Les anciens étudiants entrés en grève le 2 décembre, paralysant le fonctionnement de l’ENS, répondront de leurs actes devant la justice. Le 3 décembre, le secrétaire général de cet établissement supérieur a annoncé que «l’École normale supérieure a informé les autorités de tutelle et saisi les autorités judiciaires aux fins de faire cesser les troubles».

Le 2 décembre à l’ENS, rappelle Sylvestre Kwahou, pendant que les enseignants achevaient les enseignements et les évaluations du second semestre 2018-2019, un groupe d’anciens étudiants a une nouvelle fois érigé des barricades à l’entrée principale de l’établissement, empêchant au passage la libre circulation des personnes et des véhicules.

Ils ont systématiquement bloqué les accès et sommant enseignants, étudiants et personnels de vider l’institution en proférant «des menaces et des injures publiques». «Ces ex-étudiants, ont soutenu leurs mémoires de fin de cycle au mois d’août 2019», a indiqué Sylvestre Kwahou soulignant que les palmarès de ces derniers, ont été déposés au ministère de l’Éducation nationale.

«Actuellement, leurs dossiers sont en cours de traitement au sein dudit ministère en vue de leur affectation. Dès cet instant, ils ne relèvent plus de l’ENSn et par conséquent, ne devraient plus bénéficier des avantages dus au statut d’étudiants», a-t-il indiqué.

Selon ce dernier, les grévistes ont été reçus à 4 reprises par les autorités administratives de l’ENS et à 2 reprises par le secrétaire général du ministère de l’Éducation nationale. «À ces diverses occasions, ils ont été édifiés sur l’état du droit positif relatif au régime d’allocation des bourses d’études et l’état d’avancement de leurs dossiers», a expliqué Sylvestre Kwahou. En dépit de ces explications, ces ex-étudiants ont tout de même décidé de poser des actes qu’il juge «répréhensibles». C’est au regard de la gravité de ces agissements, assure-t-il que l’ENS s’est senti obligé «de prendre les mesures nécessaires en vue de mener l’année académique 2018-2019 à son terme».

Source: https://www.gabonreview.com/blog/troubles-a-lens-ladministration-saisi-la-justice/

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles apparentés