Gestion de l’humain, et développement durable

La stratégie d’investissement humain dans notre pays, pour ceux qui s’en souviennent, ne date pas d’il y a quelques jours avec la création du ministère du même nom, mais bien de 2013, lorsqu’elle fut décidée par notre président Ali Bongo Ondimba.

C’est dans le cadre d’un Gabon émergent, que le plan de consolidation de notre société associé à cette stratégie, visait et vise toujours aujourd’hui, à harmoniser notre société pour une égalité des chances entre zones prospères et zones enclavées.

Cette égalité porte sur l’accès à des domaines tels que l’éducation, la santé et l’alimentaire, et doit permettre d’offrir aux foyers les plus faibles la possibilité de générer des profits de manière autonome en développant des activités dans des secteurs tels que ceux des métiers liés à la terre, au tourisme ou à l’artisanat. Mais elle ne pourrait véritablement voir le jour, ou ni même être espérée, sans la création d’un organe de suivi tel qu’un ministère pour en assurer la réalisation concrète.

Or, réjouissons-nous, c’est ce qui vient d’être mis en place par notre président. Mais il y a plus. En ce qui concerne le deuxième aspect de cette charge ministérielle, à savoir ce qui concerne le développement durable, nous pouvons aussi garder à l’esprit, que, comme nous le faisait savoir des confrères des médias norvégiens, il n’y a pas meilleure réponse aux félicitations et aux encouragements de la Norvège en ce qui concerne l’écologie dans notre pays, que la création de ce nouveau ministère. N’oublions pas qu’il suffit de parcourir l’actualité internationale, pour savoir que parmi les problèmes majeurs qui modèleront le quotidien de nos prochaines générations, la protection de l’environnement fera partie de l’essentiel.

Dans ce domaine, notre pays le Gabon prend encore les devants sur notre continent africain. S’additionnant à la bonne nouvelle que constitue la création de ce ministère, il est un élément qui donne bon espoir quant au fonctionnement de ce nouvel appareil d’Etat. Cet élément n’est autre que celui qui a été savamment choisi par notre président pour en assumer la charge, Brice Laccruche Alihanga.

En effet, quand on se penche sur ce que cet ancien DC et nouvellement ministre a écrit, exprimé ou réalisé dans sa vie, nous ne pouvons que nous réjouir que les valeurs liées à la volonté du travail, à la méritocratie et au service pour le pays véhiculées par ce personnage, soient associées à un tel ministère, par lequel nous sauront bientôt, si l’émergence du Gabon prend la forme que nous attendons tous. C’est avec espoir et impatience, que nous nous joignons à tous ceux qui comme nous souhaitent que le bon déroulement de la vision de notre président, soit assurer par un vrai organe efficace, un ministère transversal.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles apparentés