Quand les comptes de l’Etat vont mieux, c’est votre portefeuille qui grossit

Chers amis,

Pour la plupart d’entre nous, les mots de « déficit budgétaire » de l’Etat, d’ « équilibre des finances publiques », d’ « arriérés de la dette » sont des concepts nébuleux. Quand en plus on ajoute à cela des batailles de chiffres après la virgule, on devient incrédule.

Mais nous devrions pas. Nous devrions au contraire nous réjouire qu’en matière d’équilibre des finances publiques, des progrès notables aient été enregistrés au Gabon. En effet, le déficit des finances publiques s’est nettement réduit en partant de 6,6 % du PIB en 2016 à 3,4 % du PIB en 2017, puis 1,4 % en 2018. Il est attendu un solde budgétaire positif en 2019 (autour de +1 % du PIB).

Qu’est-ce que cela change pour nous ? me direz vous ? Eh bien… tout ! En effet, quand l’Etat dépense plus qu’il ne gagne, il est obligé d’emprunter la différence. Et s’il emprunte la différente, il doit payer des intérêts sur cette dette, ce qui viendra encore aggraver le déficit l’année d’après, et ainsi de suite. Le problème c’est qu’il faut rembourser un jour cette dette. Ce qui veut dire augmentation d’impôts, donc moins d’argent pour les Gabonais. Ce qui veut dire augmentation des taxes sur les entreprises, et donc moins de travail pour les Gabonais. Ce qui veut dire baisse des aides sociales et donc moins d’argent pour les Gabonais qui sont dans le besoin.

Alors que, depuis 3 ans, la meilleure gestion de notre Etat a permis tout l’inverse. Alors que le déficit était de 6,6% en 2016, le solde de notre budget sera positif cette année. Grâce à cela, les dépenses sociales atteignent désormais 20% du budget de l’Etat. C’est bien la preuve que, lorsque les comtpes de l’Etat vont mieux, c’est bien notre portefeuille de Gabonais qui grossit. Soit par les aides que nous touchons, soit par les impôts que nous payons qui baissent, soit par le travail que nous retrouvons grâce à une meilleure gestion de notre pays.

Et cela, c’est grâce à l’équipe à laquelle fait confaince notre Président : le Premier Minsitre Julien Nkoghe Bekale, notre Ministre de l’Economie Roger Owono Mba, appuyés par l’énergie de notre Directeur de Cabinet Brice Laccruche Alihanga.

Franck Mabounda

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles apparentés