Notre économie est une force, soyons en fiers !

Chers amis,

Nous autres Gabonais avons trop tendance à nous enfermer dans le « Gabon Bashing ». Critiquer notre pays, trouver que tout va mal. Les difficultés ne manquent pas, il est vrai. Mais pour les résoudre, ne vaut-il mieux pas regarder ce qui va bien et s’appuyer dessus plutôt que se morfondre en permanence ? La situation économique de notre pays en est le parfait exemple. Je commence aujourd’hui une série d’articles pour décrire les forces de notre pays en matière de création de richesses.

Selon le dernier rapport du World Economic Forum, notre pays devance tous les pays de la sous-région, l’Afrique Centrale, et notamment le Cameroun, et se situe par exemple juste après la Cote d’Ivoire. C’est un motif de satisfaction que devraient partager tous les Gabonais. La publication de ce rapport le 8 octobre dernier, a-t-elle été saluée par l’opposition ? Que nenni ! Celle-ci préfère en rester aux ragots et mensonges tous plus gros les uns que les autres.

Ce classement est d’autant plus sérieux qu’il est réalisé par une autorité impartiale, le World Economic Forum, et que ses critères sont exigeants et très complets. Les 12 indicateurs balaient quatre dimensons de l’économie. La première dimension regarde la qualité de l’environnement des affaires : les institutions, les infrastructures, le niveau de digitalisation, la stabilité macroéconomique. La deuxième dimension jauge le capital humain : progrès en matière de santé, niveau de compétences des populations. La troisième dimension s’intéresse à la structure économique à travers le niveau de production, le système financier et la taille du marché. Enfin, la quatrième dimension scrute le dynamisme des entreprises et leur capacité d’innovation.

Ces résultats qui ne souffrent aucune contestation ne viennent pas de nulle part. Elles sont le fruit des réformes de notre Gouvernement, de l’énergie de nos entrepreneurs, mais surtout de tous les Gabonais qui se retroussent les manches pour travailler.

Continuons les efforts pour progresser, avec un objectif : entrer dans le top 15 africain l’an prochain !

Comment ? Rendez-vous demain pour la suite…

Franck Mabounda

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles apparentés