Biogaran, le premier laboratoire français de médicaments génériques, annonce le lancement imminent de ses activités commerciales au Gabon

Une cérémonie de lancement se tiendra à l’hôtel Méridien Ré-Ndama à Libreville, le 21 novembre prochain, en présence notamment d’Emmanuel Le Doeuff, le directeur général de Biogaran, annonce le laboratoire dans un communiqué.

« Le choix du Gabon n’est naturellement pas dû au hasard », indique un responsable de Biogaran. « Avec une population de près de 2 millions d’habitants, le Gabon est le second pays où le PIB par habitant est le plus élevé en Afrique centrale, selon les chiffres du FMI pour l’année 2017 », précise le laboratoire dans son communiqué. Celui-ci rappelle en outre que la création de l’assurance maladie universelle en 2007 par le biais de la Caisse Nationale d’Assurance Maladie et de Garantie Sociale (CNAMGS) (…) a permis de concrétiser l’ambition d’une couverture maladie universelle et d’améliorer l’état de santé de la population gabonaise.

Biogaran commercialisera 35 médicaments, importés de France, provenant de sa gamme de près de 900 références. Ceux-ci couvrent un large éventail de pathologies de plus en plus présentes sur le continent africain telles que l’hypertension et le diabète, dont le Gabon est le 3e pays le plus affecté de la sous-région d’après la Fédération internationale du Diabète (FID).

« Commercialiser des médicaments génériques, c’est bien. Les produire localement, c’est mieux »

Biogaran est déjà présent en Afrique : au Nigéria depuis 2017 à travers Swipha, une société de production et de distribution de médicaments dédiée au marché nigérian ; il exporte par ailleurs ses médiaments en RDC depuis septembre 2018 et depuis début 2019 en Côte d’Ivoire.

Biogaran est la filiale de médicaments génériques de Servier, un groupe actuellement en procès dans l’affaire du Mediator qui a causé 5.000 victimes en France.

« L’arrivée de Biogaran au Gabon est une bonne chose à condition que cette entreprise ne se contentent pas de commercialiser des médicaments génériques, un créneau sur lequel les laboratoires indiens sont déjà positionnés. Il faudrait que ce type de groupe crée sur place des unités de production pour avoir un réel impact social, sur l’emploi notamment », commente un médecin du CHU d’Angondjé qui rappelle que « préoccupations sanitaires et sociales sont liées »« Commercialiser des médicaments génériques, c’est bien. Les produire localement, c’est mieux », insiste-t-il.

Source: https://lalibreville.com/biogaran-le-premier-laboratoire-francais-de-medicaments-generiques-annonce-le-lancement-imminent-de-ses-activites-commerciales-au-gabon/

Articles apparentés