L’Africa Agri forum se tiendra les 20 et 21 novembre 2019 au Gabon, qui a fait de l’agriculture un axe majeur de sa politique de diversification économique

Libreville mise sur le secteur agricole pour également favoriser le développement économique en province, y dynamiser l’emploi et donc lutter contre l’exode rurale, augmenter son indépendance alimentaire et réduire sa facture des exportations.

Organisée par I-conferences, en partenariat avec le ministère de l’Agriculture, de l’Élevage, de la Pêche et de l’Alimentation du Gabon et avec l’appui de l’Union africaine, l’Africa Agri forum (AAF) 2019 se tiendra du 20 et 21 novembre 2019 à Libreville.

Plusieurs acteurs publics et privés de haut-niveau du secteur agricole en Afrique centrale y sont attendus, de même que des organisations internationales, des bailleurs de fonds et des investisseurs de plus de 30 pays. Les débats tourneront autour de la sécurité alimentaire, des modèles de financement, de l’implication de la jeunesse dans ce secteur, de l’innovation et de son impact sur le développement de la petite agriculture.

Attirer les jeunes vers l’agriculture

« L’enjeu essentiel est de réfléchir aux moyens d’accompagner et d’accélérer la dynamique du secteur agricole, crucial pour le développement du continent africain », indiquent les organisateurs. Mais aussi d’ « encourager les jeunes à se lancer dans ce secteur qui regorgent d’opportunités. D’où l’idée de récompenser les start-ups et porteurs de projets innovants qui contribuent au développement du secteur agricole », complètent-ils. Une préoccupation qui recoupe celle des autorités gabonaises qui ont multiplié les initiatives en ce sens, du programme GRAINE aux vacances agricoles.

Afin d’attirer les jeunes vers l’agriculture, à l’occasion de l’édition 2019, la sixième du genre, un appel à projets Agritech sera lancé afin d’encourager l’innovation dans ce secteur. « Les candidats sélectionnés auront cinq minutes pour présenter leur solution auprès des acteurs économiques publics et privés présents. Plus de 500 participants s’associeront au jury, à travers leur vote via l’application mobile Whova, pour départager les lauréats », précise un communiqué.

Externalités positives

C’est la seconde fois consécutive que la capitale gabonaise abrite ce forum. L’édition 2018 avait été consacrée à la transformation agricole et sanctionnée par l’adoption de la « Déclaration de Libreville », un appel aux gouvernements africains à mobiliser et associer la jeunesse pour redynamiser les zones rurales du continent. Les États étaient également invités à produire des statistiques fiables, nécessaires à la mobilisation des investissements destinés notamment à financer l’innovation dans le secteur.

Les autorités gabonaises misent beaucoup sur l’agriculture dans le cadre de leur stratégie de diversification. Le secteur, il est vrai, est porteur de nombreuses externalités positives. Ce que confirme un membre du département Afrique centrale de la Banque mondiale. « L’agriculture est clé non seulement pour approfondir la diversification économique du pays, mais également pour favoriser le développement économique en province, y dynamiser l’emploi, et donc lutter contre l’exode rurale, ainsi qu’augmenter son niveau d’indépendance alimentaire et réduire sa facture des exportations dont une bonne partie au Gabon est constituée par des denrées alimentaires », analyse cet économiste.

Source: https://lalibreville.com/lafrica-agri-forum-se-tiendra-les-20-et-21-novembre-2019-au-gabon-qui-a-fait-de-lagriculture-un-axe-majeur-de-sa-politique-de-diversification-economique/

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles apparentés