Mort de Jacques Chirac : l’Afrique réagit

Jacques Chirac aura tissé des liens très étroits avec l’Afrique, dont il se disait l’un des plus fervents avocats. Les réactions affluent de tout le continent.

Jacques Chirac, acteur omniprésent de quatre décennies de la vie politique française et internationale, est mort jeudi matin à l’âge de 86 ans, a annoncé à l’AFP le gendre de l’ancien président. « Le président Jacques Chirac s’est éteint ce matin au milieu des siens. Paisiblement », a déclaré Frédéric Salat-Baroux, l’époux de Claude Chirac. Les hommages ont afflué aussitôt après l’annonce du décès de celui qui présida la France pendant douze ans (1995-2007), apogée d’une vie tout entière consacrée au pouvoir, avant d’affronter la maladie pendant de longues années.

Du président Ali Bongo du Gabon, en passant par Alpha Condé, président de la Guinée, et Mohamed Bazoum, ministre de l’Intérieur du Niger, ils ont été nombreux à réagir à l’annonce de la mort de l’ex-président Jacques Chirac. Tour d’horizon.

Jacques Chirac connaît bien les dirigeants africains, il avait des liens d’amitié très forts avec plusieurs d’entre eux, à commencer par Omar Bongo ou Eyadema Gnassingbé. Au moment de faire leurs premiers pas sur la scène internationale, Chirac a notamment guidé le roi Mohammed VI, successeur de Hassan II son père, l’ami de Jacques Chirac. Il a aussi guidé le Gabonais Ali Bongo ou encore le Togolais Faure Gnassingbé.

Jacques Chirac a revendiqué ses liens personnels, « tissés de longue date », avec nombre de chefs d’État africains, pas tous démocrates. « J’aime l’Afrique, ses territoires, ses peuples, ses cultures. Je mesure ses besoins, je comprends ses aspirations », avait-il dit lors de son au revoir à l’Afrique en 2007.

Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes font ressurgir ces propos de Jacques Chirac lors du Sommet France-Afrique de janvier 2001, à Yaoundé : « Nous avons saigné l’Afrique pendant quatre siècles et demi, commença-t-il. Ensuite, nous avons pillé ses matières premières ; après, on a dit : « Ils (les Africains) ne sont bons à rien. » Au nom de la religion, on a détruit leur culture et maintenant, comme il faut faire les choses avec plus d’élégance, on leur pique leurs cerveaux grâce aux bourses. Puis, on constate que la malheureuse Afrique n’est pas dans un état brillant, qu’elle ne génère pas d’élites. Après s’être enrichi à ses dépens, on lui donne des leçons. ». De quoi justifier bien des réactions d’hommes politiques mais aussi du public.

Source: https://www.lepoint.fr/afrique/mort-de-jacques-chirac-l-afrique-reagit-26-09-2019-2338017_3826.php

 

 

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles apparentés